Egalité et Réconciliation
https://www.ictthatmakesthedifference.eu/
 

Après l’Allemagne et l’Italie, la France se voit couper le robinet du gaz russe

Au quatrième mois de la guerre en Ukraine, Moscou appuie là où cela fait mal pour les Européens.

 

Robinet fermé en Pologne, Bulgarie et Finlande, débit fortement réduit vers l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie, et plus aucun mètre cube vers la France : les Européens dénoncent un chantage au gaz de Vladimir Poutine, alors que le continent veut profiter de l’été pour remplir ses stocks.

Au quatrième mois de la guerre en Ukraine, Moscou appuie là où cela fait mal et joue de la vulnérabilité énergétique des Européens, dont 40 % du gaz brûlé vient habituellement de Russie. Ces proportions étaient encore plus fortes dans l’Est : 55 % pour l’Allemagne, ou 85 % en Bulgarie.

Le gaz ne manque pas pour l’instant pour la plupart des Européens, en période estivale, car il n’y a pas besoin de chauffer les bâtiments. Mais les réductions interviennent alors que les pays doivent profiter de l’été pour remplir leurs réserves, avec un objectif d’au moins 80 % d’ici novembre dans l’Union européenne.

La France et l’Allemagne, parmi d’autres, veulent éviter la panique et rassurer leurs citoyens : les stocks des deux pays augmentent et en sont à 56 %. L’UE est en moyenne à 52 %, selon Gas Infrastructure Europe, ce qui est mieux que l’an dernier à la même époque, mais en dessous des deux années précédentes.

(...)

Les conséquences sont plus graves pour les voisins de la France, et pas seulement l’Allemagne : l’Italie dépend à 40 % de la Russie et elle ne recevra vendredi que 50 % du gaz russe demandé par sa compagnie nationale Eni.

(...)

Officiellement, Gazprom a prétexté des raisons techniques sur un équipement de Nord Stream 1, mais les dirigeants européens n’y croient pas.

Pour remplir ses réserves souterraines, l’Europe cherche donc tous azimuts des sources de gaz non russes, par gazoduc, mais surtout sous forme liquide, avec le gaz naturel liquéfié (GNL).

La France est riche de quatre terminaux qui servent à recevoir le GNL arrivant par les navires méthaniers et envisage d’en installer d’autres. Elle a déjà fortement augmenté ses achats de GNL depuis le début de la guerre et ses terminaux sont proches de leur maximum technique, selon GRTgaz. Au point que la France est devenue le plus gros acheteur de GNL russe dans le monde, selon le Centre for Research on Energy and Clean Air.

Lire l’intégralité de l’article sur huffingtonpost.fr

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

60 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • C’est pour ça qu’il faut plus de cannons !
    Pour avoir encore moins d’amis.

    Les avions de chasse c’est bien, mais ca nourrit personne.

     

    Répondre à ce message

  • #2978183

    On n’a bien le chef de l’otan qui nous dit que cette guerre va durer des années... et l’Allemagne va faire carburer ses usines a charbon... et nous,ben nous nos chances vont a la base de loisirs de cergy.

     

    Répondre à ce message

  • Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ? C’est dès les premières sanctions occidentales que les robinets auraient dû être fermés ! La Russie pouvait tenir 1 an, l’Europe n’aurait pas tenu 3 mois ! Et ils auraient réfléchi à deux fois avant de durcir les sanctions et saisir les avoirs russes ! Et Le Maire 2 aurait chouiné que la Russie a terrassé notre économie !

     

    Répondre à ce message

  • « Les procédures démocratiques, les élections en Europe, pour être honnête, tout cela ressemble à un écran, car des partis politiques qui ressemblent à des jumeaux se remplacent au pouvoir. Mais l’essence ne change pas. Les véritables intérêts des citoyens et des entreprises nationales sont repoussés de plus en plus loin à la périphérie.
    Un tel détachement de la réalité et des demandes de la société va immanquablement mener au populisme et à l’accroissement des mouvements radicaux, à de sérieux changements sociaux et économiques, à la dégradation et dans un futur proche à un changement d’élites en Occident. »
    (Poutine au Forum Economique International de Saint Petersbourg)

     

    Répondre à ce message

  • #2978281

    Face aux maladresses de la prise de parole présidentielle française, la riposte de Monsieur Poutine ne s’est pas fait attendre. Moscou outragé ! Moscou infantilisé ! Moscou vilipendé ! Mais Moscou t’humilie.

    Moralité : Lorsque tu possèdes zéro levier de pression économique, un taux de chômage exponentiel réduit grâce à une actualisation problématique des listes de chômeurs, que tes ressources premières vitales en temps de guerre (eau, électricité, rail) sont aux mains du privé, que tu n’es plus une puissance mondiale mais l’adjoint du premier département européen, et que tes premiers mots très émouvants en langue vivante étrangère restent "Waf, Waf, USA", toutes les conditions sont réunies pour que tu fermes ta gueule.

    Nous verrons bien si les Français goûteront aux joies de la Sibérie l’hiver prochain, et je guette le moment où une classe maternelle ne sera pas chauffée en novembre. Misère de la fanfaronnade. Fanfaronnade de la misère.

     

    Répondre à ce message

  • Ou quand la "politique" de macron, le maire et compagnie provoque l’effondrement total de l’économie (française) par la ruse, la propagande et le mensonge. Qui va payer et à qui profite "réellement" les conflits armés ?

     

    Répondre à ce message

  • Il est évident qu’il y aura des manifs ou plutot des émeutes à cause du manque de chauffage. La police sera surement débordée. Alors que fera l’armée à ce moment là ?

     

    Répondre à ce message

  • Faut savoir, Jovanovic déplore les sauterelles et il préconise à la fin de faire des réserves de bocaux en tout genre, les sauterelles séchées ça se conserve. Il n’est pas très informé sur la nourriture, et il devrait faire une petite sèche, fanfaronner dans des costumes qui craquent, c’est ubuesque

    Être indépendant c’est le fondement de l’homme en théorie ou jadis quand il a existé, et Jovanovic devrait (re)découvrir le velocipède, ça lui ferait du bien

    Les pauvres ont le droit de ne pas être abruti et n’importe qui peut ramasser, fruits secs de tilleuls, d’hêtres, châtaignes et tant d’autres choses très caloriques

    Sans oublier la pêche, le glanage, il faut penser à observer la nature au lieu de la détruire et ensuite de se plaindre de l’état, je ne gagne pas beaucoup, le peu que j’ai, je l’investi, sous les rires moqueurs de me ma famille bien trop naïve et insouciante

     

    Répondre à ce message

  • Donc, personne n’aura remarqué l’auréole qui couronne Poutine ?
    Et bien je ne vous félicite pas !

     

    Répondre à ce message

  • Bombe atomique sur kiev
    rappeler vous chirac

    Revenons à l’époque
    « Nous sommes le 13 juin 1995, Jacques Chirac vient tout juste d’être élu et lors de sa première conférence de presse, on lui pose une question sur la Défense française et l’arme nucléaire. L’idée de reprendre les essais dans le Pacifique est dans l’air, on pense que ce sera vite oubliée, la réponse restera dans l’Histoire

    Ceci dit en suivi

    Tous critiquent ce président à peine élu. Nombreux sont également les journalistes et spécialistes de la chose nucléaire soufflés par la décision de Jacques Chirac, qui en parlait à demi-mots depuis son élection. Beaucoup interprètent la reprise des essais nucléaires comme un salut à De Gaulle et le principe de souveraineté, d’autres comme un pied de nez à François Mitterrand qui avait signé un moratoire sur les essais nucléaires en Polynésie en 1991.

    En septembre 1995, le « mangez des pommes » de Chirac se transforme en « vous aimez les champignons ? ».

    Il est temps que la France REGAGNE L AURA
    Le problème s’est le PD , cette merde

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents