Egalité et Réconciliation
https://www.ictthatmakesthedifference.eu/
 

Des féministes taguent une école privée catholique ayant refusé deux jeunes garçons en jupe

Garçons interdits de classe pour des jupes : le dialogue n’a pas suffi à mettre d’accord l’école Sainte-Jeanne-d’Arc et les parents. Dans la nuit du dimanche au lundi 13 juin 2022, l’établissement a été la cible d’un collectif féministe.

 

Ce lundi, des enfants ont pris le chemin de l’école, et ont laissé leur jupe au placard. Début juin 2022, deux élèves de l’école privée Sainte-Jeanne-d’Arc, l’un âgé de quatre ans et l’autre de six ans, avaient été mis au ban de leur salle de classe, au motif de porter des jupes.

Aussitôt repérés, aussitôt effacés : « Je m’habille comme je veux !! Pas de sexisme dans nos écoles », « Arrêtez de sexualiser les enfants »... Dans la nuit du dimanche au lundi 13 juin, la façade de l’établissement scolaire a été taguée par un collectif féministe, rapportent nos confrères de France 3 Centre-Val de Loire.

La semaine précédente, c’est dans le bureau du directeur diocésain, Bernard le Floch, que le dialogue avec les parents a pris fin : pas de jupe ou de robe pour les garçons.

 

 

« On a expliqué aux enfants que le "chef de la directrice" ne voulait pas qu’ils viennent habillés comme ça », conclut leur père, Émelin. « Pour une question d’égalité au sein de notre foyer, notre fille ne portera pas de jupe ou de robe à l’école non plus. »

Dès la rentrée prochaine, les trois enfants seront accueillis dans une école, publique cette fois, qui s’est engagée auprès des deux parents, à accepter les élèves en jupe s’ils le souhaitent.

 

PNG - 516.9 ko
Émelin est venu en jupe, ce vendredi, devant l’école Sainte-Jeanne-d’Arc, en guise de protestation.

 

En quarante ans de carrière au sein du diocèse, Bernard le Floch est confronté à cette situation pour la toute première fois. « Les parents ont eu tout à fait raison de se référer au règlement intérieur qui n’interdit pas le port de la jupe pour les garçons », souligne le directeur diocésain.

Pour lui, la consigne plane tout de même entre les lignes : « On ne va pas faire un inventaire de tout ce qu’il est possible de porter. » Au-delà du règlement qui exige de façon laconique une « tenue correcte », c’est la question d’un traitement différencié des enfants qui interroge.

Lire la suite de l’article sur lanouvellerepublique.fr

 

À ne surtout pas manquer, sur E&R :

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le seul objectif des lopes féministes c’est d’humilier ces jeunes garçons. Si nous les mecs nous laissons faire par ces lopes , dans 5 ans nous n’aurons plus de liberté.Vous pouvez dors et déjà constater les dégâts dans l’admission aux concours médicaux : que de la femelle,les hommes Blancs sont quasi exclu les études de médecine leur sont désormais interdites.Idem chez les flics regardez qui s’empare du pouvoir de manière sournoise ,au travers de concours truqués et magouilles : les femelles , soutenues par la "Soros and Co" sans frontières.

     

    Répondre à ce message

  • Les robes/jupes sont un attribut exclusivement féminin, ça permet aux individus dépourvus de pénis de pouvoir s’acroupir pour pisser sans avoir a baisser son froc et montrer son cul a tout le quartier... c’est pratique également quand on a ses règles...
    Bon, étant donné que le père est une grosse fiotasse metrosexuelle de gauche, je pense que ses mômes pissent assis... mais quand même...

     

    Répondre à ce message

    • Tu dis absolument n’importe quoi, la jupe a été portée par l’homme depuis les origines de l’Antiquité. Certaines cultures la portent encore aujourd’hui. Puis au XXe siècle, la société industrielle a décidé que l’homme porterait le pantalon et la femme la jupe. Cela te gêne car c’est ici en France en 2021. Si d’un côté, il faut accepter les coutumes du pays dans lequel on vit, d’un autre côté, tu devrais pouvoir passer au-dessus, qu’est-ce que cela peut te faire que quelqu’un porte ce qu’il veut. Ce qui me fatigue, c’est l’instrumentalisation, la revendication et les réactions primaires de dégoût. Toutes ces histoires ne devraient juste pas être médiatisées, cela ne fait que monter les uns contre les autres

       
    • Vas dire ça aux écossais.

       
  • Pauvres gamins du père en jupe, exposés aux moqueries des autres.
    C’est de la maltraitance parentale.
    "Les parents ont tout à fait raison de..."
    Le chef de la directrice veut seulement faire comprendre qu’ils ont raison de se référer au règlement, mais que le règlement ne peut détailler toutes les situations.
    Il est vrai que, en principe, tout ce qui n’est pas explicitement interdit est autorisé.
    Mais le bon sens, le respect de la vie privée et les principes élémentaires priment sur l’administratif.
    Ce chef a bien fait. Il protège les enfants de l’ostracisme. C’est dur, à quatre ans, d’être moqué. Tout ce qui est perçu comme anormal par les autres enfants est rejeté, parfois méchamment.
    La société contemporaine anormale se maintient en partie par la désignation au sein du groupe du bouc émissaire : celui qui est normal, ce qui protège les profiteurs.

     

    Répondre à ce message

  • Il y a des articles qu’il faut relire plusieurs fois tant on se frotte les yeux pour y croire. Comment des parents peuvent à la fois inscrire leurs enfants dans des établissements catholiques tout en revendiquant ce genre de débilités ?! À ce niveau ça relève d’un trouble dissociatif de l’identité véritablement carabiné.

     

    Répondre à ce message

  • Ce sont des terroristes. Certes, sans les roquettes, mais terroristes quand meme. Pourquoi ne fouttent ils pas le camp ailleurs ? Aucun Catholique ne va dans les ecoles musulmanes ou juives pour leur expliquer que leurs traditions sont desuetes et ridicules.

    J’ai meme vu une video de feministes qui interrompent une messe pour crier des slogans pro-avortement. Quel manque de respect ! Ces laches ne feraient jamais ca dans une mosquee, encore moins dans une synagogue.

    Ces memes gens te disent qu’ils sont pour la democratie et la liberte d’expression. Manifestement, seulement lorsque celle ci colle a leur modele de liberte d’expression. Donc ils sont contre, pas pour. Ces gens, democrates, ou feministes, ou woke, ce qu’on veut, suintent la haine.

    D’une certaine maniere, leur oeuvre est une maniere d’exprimer leur propre echec. Une bonne ecole Catholique va former des individus sains d’esprit. Ca les met face a leurs propres echecs. Ils veulent tirer ainsi toute la societe vers le bas. Ils ont la haine. Ils pourraient construire par exemple une ecole suivant leur ideologie (de merde), mais non, ils choisissent de saboter la vie des gens qui veulent reussir. Qu’ils aillent en enfer !!

     

    Répondre à ce message

  • Encore un parent1 qui doit veauter nupes !
    Pendant ce temps l’état persécute une mère qui a accouché chez elle et lui retire son enfant !

     

    Répondre à ce message

  • Une société gravement malade remplie de détraqués sexuels et mentaux...
    Car oui, refuser son appartenance sexuelle est synonyme de problèmes psychologiques profonds. La biologie humaine n’est pas un phénomène social, elle répond à des données naturelles. Si un mal-être existe à ce niveau, il convient d’aider les personnes pour être en phase avec leur état naturel. Essayer de le contourner donnera implicitement des désordres psychologiques encore plus profonds.
    Et que penser des couillons politisés qui veulent se donner bonne conscience en suivant ces tendances perverses, je vous laisse deviner...

     

    Répondre à ce message

  • Les connasses qui ont tagué le mur ont fait une faute de débutant.
    Il fallait écrire : Un.e. tenu.e n’est pas genré.e.

    Comment voulaient iels être pri.s.se aux sérieux ?

     

    Répondre à ce message

  • Ces revendications sont le triomphe de la mauvaise foi et ces parents qui habillent leur garçon en jupe sont soit des irresponsables manipulés, soit des militants du wokisme — ce poison mental et social dispensé par les associations Soros — qui devrait être traité comme une entreprise terroriste !

     

    Répondre à ce message

  • "Émelin est venu en jupe, ce vendredi, devant l’école Sainte-Jeanne-d’Arc, en guise de protestation."

    - Avec un plug anal dans le Q..

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents