Egalité et Réconciliation
https://www.ictthatmakesthedifference.eu/
 

Éducation sexuelle en Suisse : on explique l’usage du plug anal aux enfants de 12 ans

Une brochure sur la sexualité destinée aux écoles soutenue par Berne est beaucoup trop explicite, estiment certains parlementaires.

 

La brochure s’appelle « Hey You », a été rédigée par la fondation « Santé sexuelle Suisse » et fait débat au Palais fédéral. La fondation, qui reçoit environ 800 000 francs de la Confédération sur son budget total de 1,2 million, serait beaucoup trop explicite dans ce livret, estiment certains parlementaires. Raison pour laquelle la conseillère nationale Verena Herzog (UDC/TG) déposera ce jeudi une intervention dans laquelle elle demande au Conseil fédéral de prendre position.

« Cette brochure sur la sexualité est tout simplement exagérée », déclare la politicienne de droite. « Des enfants de 12 ans sont déjà confrontés à différents jeux sexuels, pratiques ou à la proposition d’avoir plusieurs "sex friends" (personnes avec lesquelles on entretient uniquement des rapports sexuels et non affectifs). » La Thurgovienne ne souhaite pas que de telles choses soient diffusées dans les écoles.

 

« Surcharge absolue »

La brochure de près de 60 pages donne des informations sur des thèmes tels que les sentiments, le corps, les relations, la contraception, la grossesse ou les MST. Mais elle donne aussi des conseils sur l’utilisation des sex-toys : « Il est important que tu nettoies les jouets avant et après les rapports sexuels avec un désinfectant adapté ou que tu utilises un préservatif. » Le livret énumère ensuite l’existence des godemichés, des vibromasseurs ou encore des plugs anaux.

Verena Herzog – qui souligne qu’elle trouve l’information juste et importante, mais pas de cette manière – a également des problèmes avec ce passage de la brochure : « Certaines personnes ne se sentent pas à l’aise avec le sexe qui leur a été attribué à la naissance. Est-ce le cas pour toi ? Alors il se peut que tu sois une personne trans. » Selon Verena Herzog, il s’agit là d’une « surcharge absolue ».

 

Des jeunes très avancés

La conseillère nationale socialiste Yvonne Feri siège au conseil de fondation de « Santé sexuelle Suisse ». Selon elle, la critique est absurde : « De nos jours, les jeunes de 12 ans sont très développés. Partout, les jeunes sont confrontés à des expressions sexualisées. Et c’est pourquoi il est extrêmement important d’effectuer un travail d’information précoce. »

La conseillère nationale Verena Herzog est une férue de la lutte contre l’éducation sexuelle. En 2015, elle plaidait ni plus ni moins pour son abolition dans les écoles primaires. L’an dernier, elle s’insurgeait déjà contre une campagne de Santé sexuelle Suisse qui abordait le thème de la masturbation.

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2976770
    Le 17 juin à 06:46 par chérie...passe moi le fusil !
    Éducation sexuelle en Suisse : on explique l’usage du plug anal aux enfants (...)

    Il me semble que Macron a fait des allusions "à nos enfants" lors de plusieurs prises de paroles pendant la campagne présidentielle.
    En père de famille que je suis, je m’étais tout de suite dis , que cela semblait étrange qu’un homme ? sans enfants puisse avoir autant envie de s’occuper des enfants des autres...et derrière le mot s’occuper , je ne range rien de bienveillant.
    Rien qu’a voir comment il debarque avec tout ces gamins derriere lui avant son discours au champ de Mars(Dieu de la Guerre)....on a compris que ca sent la merde.
    Donc la question est simple...qui veut maltraiter qui ? pas ces pauvres parents qui n’ont visiblement voulu que le meilleur pour leur bébé...(j’ai accouché mon ex femme a la maison pour mon dernier fils...c’est le moment le plus extraordinaire qu’il m’est été donné de vivre....loin devant ma premiere cuite..)
    Entre les injections , le pape n diaye , et l’education zombie pour les enfants...on sait qui on doit protéger pendant les années a venir.

     

    Répondre à ce message


  • Partout, les jeunes sont confrontés à des expressions sexualisées.




    Et la faute à qui ? A ceux là même qui sortent ce genre de poncifs ridicules ! CQFD !

     

    Répondre à ce message

  • En définitive , il ne reste plus beaucoup de communautés qui peuvent échapper encore à ces perversions : les catholiques traditionalistes , les amish , les communautés bouddhistes, ... pour l’instant ,à suivre ... !

     

    Répondre à ce message

  • Étant Suisse j’ai honte de mon pays ! C’est à vomir. Ramassis de dégénérés . Leurs place c’est haut et court .

     

    Répondre à ce message

  • Bientôt bénédiction des plugs par François place Saint Pierre ... ?

    Et travaux pratiques obligatoires dans les écoles hors contrat sous le regard complice et bienveillant des évêques ... ?

     

    Répondre à ce message

  • Toujours plus, toujours plus loin et plus bas...de quoi déprimer les jeunes...oui outre la colère et la révolte devant une société matérialiste, vulgaire et laide, le mot est simplement : déprimant, et dévalorisant, là où les jeunes ont besoin qu’on leur parle d’amour, d’idéal, de projets, de confiance et de force, de leur avenir quoi ! L’avenir, c’est un plug anal ?, mais dans mon grand optimisme, je pense que l’avenir changera tout ça et de manière radicale comme souvent, j’ai hâte, et que Dieu me permette de le voir !

     

    Répondre à ce message

  • "La conseillère nationale Verena Herzog est une férue de la lutte contre l’éducation sexuelle. En 2015, elle plaidait ni plus ni moins pour son abolition dans les écoles primaires" : ha parce qu’en primaire ils font déjà de l’éducation sexuelle ? A des gosses prépubères ? Bande de malades ! J’hallucine sur le "ni plus ni moins" du journapute en passant, comme si la nana était complètement folle de vouloir abolir l’éducation sexuelle au primaire.

     

    Répondre à ce message

  • Mao parlait de la religion comme de "l’opium du peuple".
    Les occidentaux ont trouvé "Le crack du peuple " : le cul et la drogue.
    Relire absolument à ce propos le livre "Le meilleur des mondes ". Dans les premiers chapitres ; les enfants qui font des travaux pratiques d’education à la sexualité dans les jardins de l’école, le directeur et les stagiaires qui trouvent cela "charmant" et la maitresse qui punie l’élève qui refuse de prendre part a cette activité.

     

    Répondre à ce message

  • Investissez dans les couches pour adultes, car il va y avoir une épidémie d’incontinence fécale dans les prochaines années.

     

    Répondre à ce message

  • Avant de parler de sexe à nos enfants, il faudrait surtout leur expliquer ce qu’est l’amour !
    Cerner le sentiment amoureux, la passion, la jalousie, l’attachement, le chagrin d’amour...des notions fondamentales pour avoir un rapport sain avec la mort. Ça éviterait peut-être à un trans-non lucide, une sorte de trans-sans-dents mexicanos, de buter toute une école et la grand-mère. C’est décidé, je pars pour Jupiton !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents