Egalité et Réconciliation
https://www.ictthatmakesthedifference.eu/
 

Les folles espérances de la médecine moderne

Cet article est la deuxième partie d’une série de deux, consacrée à la déification de la science dans le domaine de la santé. Deux ans de covidisme ont été l’occasion de mettre en lumière de bien des façons la tromperie généralisée en matière de politique de santé. Elle a l’appui des gouvernements et de l’Organisation mondiale de la santé. Elle bénéficie du relais sans distance ni mise en perspective, tant des médias que de Wikipédia. C’est entendu. Mais cela n’est que la partie visible de l’iceberg à éviter. Il sera plus difficile de déloger à la fois chez les médecins et chez les malades :

- une certaine tournure d’esprit, après des décennies, voire des siècles (le pluriel est permis) de matérialisme et de réductionnisme.

- le postulat que la science dit vrai, et que l’on peut donc s’y soumettre en confiance.

Pour illustrer le chantier en cours, qui est un défi immense tout autant qu’une nécessité, voici la deuxième vidéo promise. Il ne s’agit plus de la promotion d’un laboratoire par lui-même, mais de la célébration d’une découverte médicale. Les lauréats du Nobel de médecine 2018, James Allison et Tasuku Honjo, ont en effet été encensés à l’époque par les médias, ce qui est bien compréhensible et mérité. On pouvait entendre que les deux chercheurs avaient – selon la formule consacrée – révolutionné l’approche du traitements des cancers, en trouvant le moyen d’activer la réponse du système immunitaire. Ils pouvaient se prévaloir de la paternité d’une approche totalement innovante – toujours les mêmes formules – ayant abouti à une technique en plein essor – re – appelée immunothérapie.

Écoutez le ton enthousiaste, et très certainement sincère, de David Kahyat :

 

 

Une belle illustration de la tournure d’esprit dont je parlais plus haut ! Le génie des chercheurs n’est pas en cause, et il faut bien sûr continuer de chercher. Mais ce dithyrambe constitue en lui-même un des ressorts psychologiques de l’attente confiante en un progrès médical – et par la même occasion de l’incitation aux dons. Certes, nous ne pouvons pas faire autrement que de continuer à espérer. Il faut seulement rester conscient que ce genre d’annonce alimente le mythe de l’héroïsme médical, celui-là même qui a été mis intentionnellement à l’honneur pendant les confinements. Une dose d’espoir distillé à bon escient permettra de tenir encore un peu, et de se garder de changements trop radicaux, incompatibles avec le commerce.

David Khayat : « Globalement, ils ont découvert l’immunothérapie, c’est-à-dire un nouveau traitement du cancer. Ça change complètement notre façon d’imaginer le traitement du cancer. Jusqu’à maintenant, on avait la chirurgie pour enlever la tumeur, les rayons, la chimiothérapie, les hormones. À partir d’aujourd’hui, on a en plus l’immunothérapie. »

Nous découvrons incidemment que ce ne sont pas des guérisons que l’on fête, mais l’éventualité d’en obtenir bientôt. Nous avons ainsi l’assurance que dans l’arsenal thérapeutique, on disposera d’une technique supplémentaire. Le réconfort vient du nombre, et de l’idée que plus il y a d’outils, plus il y a de chance de guérison. Le raisonnement est un peu juste. Lorsqu’on a besoin d’un tournevis, les scies, marteaux, pinces et clés à molette s’avèrent peu utiles, malgré une profusion apparente. L’histoire du cancer est constellée d’annonces de ce type, non suivies de progrès pour les malades. Nous avions consacré un article entier à cette arlésienne : une façon d’entretenir le mythe de l’imminence de la solution. En général, les formules employées pour annoncer ces progrès à venir sont évasives : les « à condition », et les « peut-être » endorment la vigilance et attendrissent la vérité. David Khayat renouvelle l’exercice avec sa « façon complètement différente d’envisager le traitement du cancer », dont on doit se contenter quand on préférerait des chiffres et des tendances significatives.

David Khayat :« Alors de quoi s’agit-il ? En fait, si vous voulez, dans l’organisme, nous avons des globules blancs qui, à la fois attaquent tous les virus, les bactéries, tout ce qui nous attaque pour nous défendre, soit en attaquant directement la bactérie, le virus, soit en sécrétant des anticorps, qui tuent les bactéries et les virus. Ce système il est fantastiquement efficace puisque nous vivons entouré de germes qui nous attaquent en permanence. Or, nous survivons à ça. Parce que ce système est merveilleusement efficace. »

N’est-ce-pas que cela fait plaisir d’entendre ça ? C’est la reconnaissance que notre corps est parfaitement outillé pour se défendre contre les virus et les bactéries ! Serait-ce l’annonce d’un changement radical de la manière d’envisager la santé ? Ferions-nous machine arrière sur les traitements « palliatifs » pour promouvoir une prévention en bonne et due forme ? Et plutôt qu’attendre la maladie, explorer les voies qui permettent d’entretenir cette incroyable machine intelligente qu’est notre corps ?

David Khayat : « Alors on ne comprenait pas pourquoi ce système qui est là pour nous défendre contre tout ce qui est dangereux pour nous ne nous défendait pas contre le cancer. Quand on regarde au microscope un bout de cancer chez l’homme, on s’aperçoit qu’il y a plein de globules blancs autour. Mais ils dorment. Au lieu d’attaquer les cellules cancéreuses, ils s’endorment. »

Réductionnisme, quand tu nous tiens ! On regarde par le petit bout de la lorgnette, ici « un bout de cancer chez l’homme » et on perd de vue l’homme. Pour emprunter à notre camarade Xavier Moreau un peu de son vocabulaire et faire un parallèle dans le domaine de la santé, la tactique et la stratégie sont à revoir. Il est temps de prendre en compte le corps en tant que système, et non pas comme la juxtaposition d’organes ou de bouts d’organes.

David Khayat : « Et c’est pour ça qu’ils ont dit “réveiller le système”. Parce qu’en fait, on a compris pourquoi ils dormaient. Quand ils s’approchent du cancer, les cellules cancéreuses qui sont d’une intelligence remarquable, leur crachent à la figure un somnifère. Ce somnifère fait qu’ils arrivent pour l’attaquer et ils s’endorment. Ils n’attaquent pas. Eh bien, ces deux chercheurs ont trouvé deux façons de bloquer ce somnifère, qui ont abouti à la fabrication de nouveaux médicaments, extraordinairement efficaces dans plein de cancers. Donc c’est vraiment une nouvelle façon de traiter le cancer. Au début cela a commencé sur le mélanome, c’est-à-dire le grain de beauté, ensuite on a eu le cancer du rein, puis maintenant cancer le poumon. Enfin presque tous les cancers aujourd’hui réagissent. »

Je ne voudrais pas être rabat-joie, mais on déchante déjà : « Les médicaments d’immunothérapie, qui cherchent à déclencher une réponse immunitaire du corps contre les cellules cancéreuses, ont bouleversé la prise en charge des cancers depuis quelques années. Mais ils ne sont souvent efficaces que chez une minorité de patients, avec de fortes disparités d’un type de cancer à l’autre ». [1]

Intervieweuse  : « Professeur David Kayat, Jimmy Carter, trente-neuvième président des États-Unis, a été soigné du cancer par ce système justement. »

David Khayat : « Absolument, exactement. C’est... ce, ce président était atteint d’un cancer mortel, hein. Il avait peu de chances de s’en sortir. Et puis, on a découvert l’immunothérapie. Il en a bénéficié sur un mode expérimental. Les médicaments n’étaient pas encore vendus en pharmacie. »

Intervieweuse  : « C’est grâce à justement ces deux hommes ? »

David Khayat : « Et c’est ça qui l’a sauvé. Oui, complètement. »

Le biais de représentativité arrive au grand galop. Le cas particulier devient généralité. On a bien le droit de se faire plaisir ! Les sciences comportementales considèrent que parfois une seule occurrence suffit au cerveau pour qu’il en échafaude une généralité, et le secteur publicitaire au sens large ne se prive pas d’utiliser la combine. Si une célébrité, identifiée facilement et capable de mobiliser nos affects, est sauvée par l’immunothérapie, c’est forcément un argument !

David Khayat : « Ces chercheurs ont inventé un truc dingue. Ils réveillent les globules blancs et les globules blancs montrent toute leur efficacité. Ils détruisent les cellules cancéreuses. Donc au lieu que nous, nous tuons les cellules cancéreuses, on donne les médicaments au malade pour que le malade tue ses cellules cancéreuses. C’est fantastique. »

Bien que l’angle de recherche soit le même que d’habitude (la maladie est une bébête à détruire, et le vecteur de guérison est un médicament), il faut admettre que nous progressons, du moins conceptuellement. Il s’agit en effet d’activer le système immunitaire de l’organisme pour l’aider à éliminer lui-même des tumeurs. Mais loin d’être un saut quantique, ce progrès ne profitera pas à tout le monde de la même manière. Il arrive à point nommé pour l’opinion publique contentée, qui y voit à tort les prémices d’un réel changement. Il est surtout parfait pour le système de soin, qui a régulièrement besoin de se refaire une virginité en surfant sur les effets de mode – ici la mode du renforcement de l’immunité – sans que rien ne soit fondamentalement remis en question.

À la décharge des chercheurs, c’est sans doute le maximum qu’ils pouvaient tenter. On pourrait dire que cette découverte est Bigpharma compatible. C’est certainement la raison principale qui a valu aux chercheurs l’obtention de leurs crédits, avec des débouchés potentiellement rentables, qui comme de coutume, devaient rapporter plus que la précédente. Nous sommes encore bernés. Ces auto-persuasions de progrès qui n’en sont pas retardent en réalité l’émergence et la mise en place un nouveau paradigme de soin, ce qui est quand même la chose la plus urgente à faire. Pour se payer d’espoir – dont on ne peut décidément pas se passer – il faut miser sur l’oppression et le dogmatisme accrus ces derniers temps qui pourraient bien, et en vertu du principe de renversement dans les contraires, faire basculer la masse critique.

– Béa Bach pour la Section Santé d’E&R –

 

La première partie, sur E&R

Béa Bach sur E&R et ERFM

 
 






Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2977395
    Le 18 juin à 07:17 par kiki
    Les folles espérances de la médecine moderne

    Même le cancer nous crachent dessus....

     

    Répondre à ce message

  • #2977396
    Le 18 juin à 07:18 par qsdj
    Les folles espérances de la médecine moderne

    Même le cancer nous crache dessus...

     

    Répondre à ce message

  • #2977507
    Le 18 juin à 10:55 par Larsen
    Les folles espérances de la médecine moderne

    Le cancer est une maladie systémique . Au lieu de chercher à tuer ( encore et toujours ) le crabe dont seul le nom évoque la lutte éternelle du bien contre le mal tel Saint Michel terrassant le dragon , cherchons de quel systéme il s’agit et le concept même de maladie disparaîtra . Aleluia

     

    Répondre à ce message

  • #2977698
    Le 18 juin à 17:00 par Pierre Jean Pierre
    Les folles espérances de la médecine moderne

    Derrière la science il y a des hommes.
    Comme tout hommes,ils sont imparfait.
    Ils ont besoin d’argent pour vivre,de financement potentiellement.
    On peu les corrompre,les acheter,les influencer,les duper,les menacer..ils ne sont a l’abri d’aucunes pressions.
    Il faudrait que ceux qui portent au pinacle la science comme leur religion de manière aveugle se rappel de cela..(et il y en a beaucoup).

     

    Répondre à ce message

  • #2977881
    Le 19 juin à 02:28 par Noel Flantier
    Les folles espérances de la médecine moderne

    "Les cellules cancereuses qui sont d une intelligence remarquable et qui crachent du somnifère sur les gentil globules blancs" putain c est ça les médecins du 21 eme siècle ? Ca se passe comment les études ? Ils leur passent des cassettes d il était une fois la vie dans les amphis ou quoi ?

     

    Répondre à ce message

  • #2977903
    Le 19 juin à 05:43 par shyro
    Les folles espérances de la médecine moderne

    Si les globules blancs "dorment" autour des cellules cancéreuses, c’est qu’il y a une raison. Si les cellules libèrent un "somnifère" c’est pour que les globules blancs "dorment". Aucune certitudes pour moi, mais il me semble qu’on prend, encore, le problème à l’envers sur les cancers.

     

    Répondre à ce message

  • #2977905
    Le 19 juin à 06:12 par xman
    Les folles espérances de la médecine moderne

    La science est morte avec le vaccin du covid !

     

    Répondre à ce message

  • #2977937
    Le 19 juin à 07:53 par Greg
    Les folles espérances de la médecine moderne

    J’ai rien dit d’important dans ma réponse à Bruno, je sais que ça paraît dur ma réponse mais bon je préfère sortir mon dégout de la bêtise ambiante que le garder à l’intérieur et ma canceriser avec mon aigreur des gens,
    Sinon je trouve l’analyse de Béa Bach très pertinente, tant qu’il n’y aura pas changement de paradigme généralisé au sujet de la medecine, tant que les cons continueront de croire ceux qui les rendent malades pour s’enrichir sur leur pseudo guérison tout en restant dans l’ignorance de leur propre fonctionnement, ça restera pénible societalement, et on restera mouton noir au milieu des brebis double face entre agneaux et loups qui nous butent pour faire plaisir aux mauvais berger toujours très gras d’hypocrisie. Facile d’être satisfait de soi quand on va rafler toute la mise de ceux qui ont prit tout les coups pour faire comprendre aux inconscient l’importance du système immunitaire, et surtout les moyens presque infinis de le renforcer.
    Je vais jeter un pavé dans la marre, ceux qui ont un bon système immunitaire le ciel est toujours bleu au dessus d’eux, c’est une des preuves que leur système energico angélique fonctionne correctement.
    Oui car si il il y a les mal à dit, il y a heureusement les bien à voir.
    Le prochain paradigme c’est quand chacun sera son propre médecin, et que les malades seront guéris par les groupes d’humains déjà dans ce paradigme, que l’on soit proches ou à distance, ce sont les cœurs qui guérissent les esprits et corps intoxiqués. Beaucoup y sont déjà dans ce paradigme, le paradigme des gens en état de permanente guérison par leur travail sur eux même. Tout le monde devrait être médecin, ça devrait s’apprend dès la maternelle avant même d’apprendre à lire et à compter, vu que de toute façon les parents se servent de leurs gamins comme torche cul pour se soigner de leurs bêtise crasse.
    Je disgresse, enfin non, je transgresse, et même pas, je progresse en métaphysique appliquée en essayant d’en faire quelque chose de toujours gentil, quite à passer pour un oegueilleux aigris et méprisant, bref quite à passer pour ce que sont la majorité de gens.
    Anti cyclone caniculaire sur la France, en bas c’est sec mais c’est pour mieux se connecter en Haut. C’est le moment de manger des fruits bien chargés de précieuse eau miraculeuse et bien informée.
    Désolé pour le pavé, la forme actuelle nécessaire pour passer pour un gendre idéal j’ai du mal. L’inconscience fait souffrir les malades n’ont pas des causes mais des signes.

     

    Répondre à ce message

  • #2977954
    Le 19 juin à 08:43 par tolnus
    Les folles espérances de la médecine moderne

    Il y en a ici qui ont une approche radicale et déraisonnable consistant à rejeter par principe toute forme de traitement médicamenteux ,et ce, quelle que soit la maladie. Quelqu’un qui a une hypertension artérielle trop élevée pour des raisons génétiques , devrait-il s’interdire d’utiliser un médicament efficace sous prétexte que celui-ci serait chimique et donc artificiel ? Si la chimie peut aider le corps à combattre une maladie qui ne peut être guérie naturellement , en quoi est-ce un problème ?

     

    Répondre à ce message

    • #2978061
      Le 19 juin à 12:06 par Béa Bach
      Les folles espérances de la médecine moderne

      Ce n’est pas un problème, mais ce n’est pas non plus le sujet de l’article.
      Votre exemple est juste mais peu représentatif des enjeux et des forces en présence. Nous avons un problème, et il faut bien y répondre !

      Béa

       
  • #2979505
    Le 21 juin à 18:05 par Alain Bispol
    Les folles espérances de la médecine moderne

    Au lieu de refuser le progrès, il faut l’encourager. Il est scandaleux qu’il n’y ait pas de vaccin contre la canicule alors qu’on sait qu’elle revient tous les ans comme la grippe. Dès les 1ères chaleurs, confinemenr et comme ça, au mois de Septembre, on voit tout de suite que tous les bronzés sont des rebelles complotistes.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents