Egalité et Réconciliation
https://www.ictthatmakesthedifference.eu/
 

Quand un juge se faisait tribunal de l’histoire… de la Seconde Guerre mondiale

1

Souvenons-nous… C’était un 6 juin… Cinq ans déjà… Le président Fabienne Siredey-Garnier vidait son délibéré (comme on dit joliment). La 17e chambre considérait que feu Robert Faurisson était menteur, faussaire et falsificateur lorsqu’il énonçait qu’il n’avait jamais existé de chambres à gaz.

Ariane Chemin avait dans Le Monde qualifié Faurisson de « faussaire de l’histoire », de « falsificateur » et de « menteur professionnel ». Faurisson la poursuivait en diffamation. Il prétendait qu’elle avait menti… en disant de lui qu’il était un menteur. Mais Chemin avait soulevé l’exceptio veritatis : la procédure permet d’apporter la preuve que ce que l’on allègue est vrai. Elle voulait dire : « Je n’ai pas menti, Faurisson est bien un menteur. »

Plusieurs témoins s’étaient succédé à la barre, et toute une documentation avait été produite. Et contre toute attente, ce 6 juin 2017, le tribunal considérait que Chemin avait fait la preuve de la vérité de son propos. Un tribunal français disait que Chemin n’avait pas diffamé Faurisson en disant qu’il était un menteur.

Le tribunal se posait la question de la vérité du propos ainsi formulé : « Robert Raurisson a, sciemment, falsifié la vérité en affirmant que la Shoah et les chambres à gaz n’avaient pas existé. »

 

2

D’une décision extrêmement dense et filandreuse, qui juxtaposait plusieurs types d’arguments, j’extraie celui qui m’a paru décisif et qui forme en quelque sorte le clou de ce procès. Il ne fera pas jurisprudence, car la décision d’un juge peut bien être revêtue de l’imperium sans que lui soit reconnue la moindre auctoritas. Mais il est intéressant tout de même à étudier, surtout que la rumeur en est née d’un Faurisson menteur par décision de justice.

L’idée n’était pas dans l’esprit du juge. En fait il s’agit d’une opinion émise pendant les débats, le 9 mai 2017, par Christophe Bigot (il défendait les éditions Flammarion, éditrices du recueil où figurait l’article de Chemin). J’étais présent. Ce confrère a eu comme une subite illumination, il en a fait part sans attendre à l’assistance, et l’opinion est passée dans le marbre. Il faut dire que Bigot fait autorité en matière de droit de la presse.

Ainsi, dans le jugement du 6 juin 2017, au beau milieu des témoignages et des documents, un fait était mis en valeur : Robert Faurisson avait été beaucoup condamné pour contestation de l’existence de crime contre l’humanité.

Maintenant voici le raisonnement (je cite le jugement du 6 juin) :

Si plusieurs décisions ont cru bon de relever qu’il « n’appartient pas aux tribunaux de juger de la véridicité des travaux historiques ou de trancher les controverses suscitées par ceux-ci et qui relèvent de la seule appréciation des historiens et du public », force est de constater d’une part que, s’agissant de la Shoah et des chambres à gaz exterminatoires, cette question a été vidée de sa substance par la loi Gayssot, qui institue en délit le fait même d’en contester l’existence, et, partant, confère nécessairement aux personnes persistant dans cette voie la double qualité de délinquant et de menteur, d’autre part que tout en affirmant ne pas vouloir se poser en historiens, les juges, par leur examen de la bonne foi, ont été néanmoins nécessairement amenés à se prononcer sur la validité des éléments historiques produits par les parties au soutien de leurs positions respectives.

 

3

Cette décision disait quelque chose de très original, et même de révolutionnaire : je me fais juge de l’historien, dans son travail d’historien. Révolutionnaire, car depuis le XIXe siècle les juges se sont toujours pliés au dogme selon lequel le tribunal n’est pas plus un démiurge capable de dire la vérité de l’Histoire qu’il n’est un jury compétent pour examiner les thèses des historiens. Les juges prétendent qu’ils ne défendent pas de vérité officielle, et qu’ils ne se posent pas non plus en censeurs des méthodes des historiens. C’est de jurisprudence constante. Les tribunaux refusent d’entrer dans les controverses d’historiens.
On fait remonter cette jurisprudence au XIXe siècle. Dans une affaire Alexandre Dumas, la cour d’appel de Paris devait énoncer que « l’histoire n’est pas tenue, lorsqu’elle rencontre un point obscur ou diversement raconté par les relations du temps, de rapporter les différentes versions auxquelles il a donné lieu, mais seulement de choisir avec impartialité celle qui lui paraît la plus sûre, et si ce point vient à soulever une controverse, ce n’est pas devant les tribunaux qu’elle peut trouver ses juges » (Paris 26 avril 1865, S. 65.2.89).

 

4

Cette incompétence des tribunaux n’immunise pas l’historien de toute responsabilité. Lorsque l’historien abuse de sa position et sort de son rôle, alors on peut envisager qu’il commette de pures et simples fautes civiles ou pénales. La cour de cassation l’a précisé dans un arrêt Branly : les juges du fond devaient « rechercher si, en écrivant une histoire de la TSF dans laquelle les travaux et le nom d’Édouard Branly étaient volontairement omis, Turpain s’était comporté comme un écrivain ou un historien prudent, avisé et conscient des devoirs d’objectivité qui lui incombaient » (Cass. civ. 27 février 1951, D. 1951.329, note Desbois, JCP 1951.II.6193, note Mihura et Rtd civ 1951.246, chron. Mazeaud).

Tel était d’ailleurs le sens d’un fameux arrêt de la cour d’appel de Paris en date du 26 avril 1983 rendu dans une affaire Faurisson. À l’époque, les associations parties civiles avaient résolument soutenu que Faurisson était historien, précisément afin d’engager sa responsabilité. Les magistrats avaient fait la distinction entre la question des chambres à gaz et toute une série d’autres déclarations sur le mensonge des juifs, l’ordre d’Hitler d’exterminer les juifs, etc. Sur la question des chambres à gaz, ils avaient dit que l’on ne pouvait pas le prendre en défaut de mensonge, de négligence, de faux, etc. Par contre, sur ses autres déclarations, Faurisson sortait de son rôle, il n’était plus historien, et alors on pouvait l’attaquer.

 

5

Sans doute s’agit-il ici de ce que les juges du 6 juin 2017 qualifient effrontément de « formulations et précautions stylistiques ou méthodologiques retenues par les différentes juridictions s’étant prononcées ». Car la signataire de ce jugement entre en révolte, peut-être sans même s’en rendre compte, contre cette jurisprudence. L’expression « ont cru bon », exprime assez que ces magistrats trop précautionneux n’étaient que dans une croyance, et une croyance erronée. D’autant plus erronée que celle-ci n’était pas praticable. Le juge de 2017 entend que désormais un magistrat, au contraire, puisse empiéter sur le domaine de l’historien : en ce qui concerne la vérité comme en ce qui concerne l’appréciation du caractère scientifique d’un travail.
Et le jugement disait alors quelque chose d’encore plus original et révolutionnaire : je me fais tribunal de l’Histoire. Je vais vous dire quelle est selon moi la vérité de l’Histoire. Et celui qui la conteste je le considérerai comme un menteur. Le jugement entrait alors dans l’examen du point de savoir si les chambres à gaz avaient ou non existé. Et il disait que de toute façon la loi Gayssot a réglé le problème. La loi Gayssot dit que contester l’existence des chambres à gaz est un délit. Donc celui qui persiste à dire le contraire ment. Robert Faurisson est donc un menteur. Le juge défend la vérité officielle dictée par le législateur.

Au passage, on déforme la lettre et l’esprit de la loi Gayssot. Si le Conseil constitutionnel, dans sa décision QPC Vincent Reynouard du 8 janvier 2016, a pu juger que cette loi ne portait qu’une atteinte proportionnée à la liberté d’expression, c’est parce qu’il l’a comprise comme n’interdisant pas les débats historiques, mais uniquement la contestation outrancière, intégrale ou sans nuance, et faite de mauvaise foi. La loi Gayssot n’établit aucune conclusion qui s’imposerait aux historiens. Le jugement du 6 juin 2017 interprétait donc la loi Gayssot anticonstitutionnellement.

Me Damien Viguier

 

Retrouvez les excellents textes de Damien Viguier, sur E&R :

 
 

Livres de Damien Viguier (28)







Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Merci Maître pour cet article pertinent.

    Sur ce sujet délicat, pour faire court :

    1- le 26 avril 1983, la première chambre de la cour d’appel civile de Paris, section A (président Grégoire), rendait un hommage appuyé à la qualité des travaux du Professeur. Elle prononçait, en effet, qu’on ne pouvait déceler dans ses écrits sur les chambres à gaz aucune trace de légèreté, aucune trace de négligence, aucune trace d’ignorance délibérée, ni aucune trace de mensonge et que, par voie de conséquence, « la valeur des conclusions défendues par M. Faurisson [sur les chambres à gaz] relève donc de la seule appréciation des experts, des historiens et du public » ;

    2- Suite à une série déconvenues des « experts » et autres historiens sur le terrain des preuves factuelles (dont les procès de Toronto, par exemple), arrive la loi Gayssot : contester, même débattre, publiquement de l’existence des chambres à gaz homicides devient un délit (le législateur se substitue au juge) ;

    3- De votre côté, vous démontrez et concluez « (…) La loi Gayssot n’établit aucune conclusion qui s’imposerait aux historiens (…)

    Dans ce cas, quelle est / serait la marge de manœuvre des historiens « révisionnistes » pour étayer leurs thèses sans risque de poursuite juridique ?

    Merci.

     

    Répondre à ce message

  • c’ est quand même un problème de fond que la justice s’ autorise à faire prévaloir la loi sur la science .. ce problème est ressurgi dans la confrontation entre le Pr Raoult et les autorités administratives de l’ état Fr.
    pourquoi la justice Fr s’ occupe autant de faire de sa mission une oeuvre politicienne à l’ instar des hussards noirs de la république ?
    tout le système est vermoulu de cette assemblage de dogmes maçonniques du 19ième siècle.. la Loi prévaut sur le réel .
    la science a fait de tels progrès avec la fiabilité des informations , que "la réalité sacrée de la république" ne peut survivre qu’ avec la censure de la science.. c’ est le combat auquel nous assistons aujourd’ hui , et c’ est bien entendu un combat perdu d’ avance par l’ establishment .
    ils peuvent opprimer , déshonorer et emprisonner des individus , mais rien ne peut arrêter la diffusion de la vérité et son progrès .
    la justice se mêle de figer l’ Histoire , alors que c’ est le progrès des techniques d’ investigation qui seul , peut la faire évoluer , et le fait dans mille disciplines tous les jours .
    empêcher la science de faire des recherches sur l’ extermination des juifs , est un choix d’ un autre âge , qui rappelle les errements de l’ Eglise lorsqu’ elle était ivre de sa puissance et était prête à tout pour la conserver .

     

    Répondre à ce message

  • Bien vu Maître Viguier de rappeler un événement et une personne importante à nos idées. Pour entretenir la vitalité de notre mouvement et des vocations, ER pourrait publier quotidiennement un anniversaire ; tenir un calendrier de nos "Saints" et "fêtes" pour éduquer et motiver par l’exemple.

     

    Répondre à ce message

  • Je me souviens d’une interview dans laquelle le professeur Faurisson mentionnait un document qui serait rendu public post mortem, quelqu’un en sait il plus ?

     

    Répondre à ce message

  • du moment que la loi impose la réalité, ceux qui recherchent la vérité historique nonobstant la loi, devraient-il rester sur le terrain du droit pénal, ou leur vaudrait-il mieux dénoncer cet absurde en droit administratif ?

     

    Répondre à ce message

  • #2972428
    Le 8 juin à 14:00 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Quand un juge se faisait tribunal de l’histoire… de la Seconde Guerre (...)

    "Le président Fabienne Siredey-Garnier"(sic) :

    d’abord, elle lui doit le respect
    parce que Bob, c’est quelqu’un qui est adorable :
    je vais faire un peu de sentimentalisme,
    mais c’est le grand-père qu’on aimerait tous avoir
    dès qu’il ouvre la bouche, tu fermes la tienne

    je l’ai vu en vrai, et franchement,
    il représente l’honnêteté :
    et moi qui ne suis pas très honnête,
    je sais ce que c’est que l’honnêteté

    et puis, avoir dénoncé tous ces mensonges :
    c’est un vrai gars

     

    Répondre à ce message

  • #2972433
    Le 8 juin à 14:08 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Quand un juge se faisait tribunal de l’histoire… de la Seconde Guerre (...)

    si tu as suivis un minimum les cours de physique-chimie,
    c’est quand même aléatoire...

     

    Répondre à ce message

  • Merci Maitre Viguier pour ces lumières !

    Si nous nous comprenons bien la loi G, celle-ci interdit la contestation de l’existence des chambres sans vue, mais elle n’en valide pas l’existence pour autant, n’est-ce pas ? Ainsi, dire qu’elles n’ont pas exister est une contestation de leur existence et tombe sous le coup de cette loi, mais en quoi est-ce un mensonge ?

    Par avance, merci pour vos éclaircissements.
    Respectueusement,

    O.

     

    Répondre à ce message

  • Avec tout cela : aucune évocation sur les pendus de TULLE ,Oradour sur Glane. La loi gai sot ,loi du moyen âge : la terre est plate ! sinon , condamnation à mort .L’Ere du poisson s’éteint,l’Ere du verseau arrive

     

    Répondre à ce message

  • La loi Gayssot s’est montré tellement invasive et efficace qu’elle constitue la première raison et finalité de toute question raisonné autour de ce sujet. Pourquoi y croire, la loi Gayssot. La nature même du sens de la question deviens gênante. On ne peux plus en poser sans entendre l’assourdissante loi Gayssot par dessus la question. Affirmer. Affirmer le narratif officiel, l’affirmer tout en pouvant se permettre par erreur ou mensonge de bonne foi, d’exagérer en défaveur du camp adverse, la narration défendue par la loi Gayssot.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents